California Dreamin III : le vrai guide de San Diego

 

San-Diego

En 2016, je réalise le « California dream ». C’est à San Diego que nous avons posé nos valises jusqu’à la fin de l’année. Et on est plein dans le cliché. Entendez par là que l’hiver se déchaîne à coup de vingt degrés et de tempêtes de soleil, que le ciel bleu n’a pour limite que l’océan bordé par des plages où règne une ambiance « So USA » et que les rues sont peuplées de gens en short peu importe la période de l’année. On les critique souvent les clichés, ça m’arrive des fois. Mais là, le cliché, il est plutôt cool. 

Aujourd’hui, je vous propose pourtant de le démonter un peu le cliché de la perfection plage+soleil+j’ai trop de la chance. Il faut le dire, la Californie est magnifique mais elle également peuplée de fous et fait partie d’un pays aux habitudes étranges. Tout séjour prolongé au-delà du simple voyage en touriste dans un pays quelconque permet de découvrir avec plus de profondeur les habitudes et les défauts du lieu en question. Bien que préparé à ces petits chocs culturels, le voyageurs ne s’attend pas toujours à être surpris de la sorte.

 

1. Prenez garde aux urinoirs invisibles installés sur les trottoirs : Il faut savoir que les rues de San Diego ressemblent beaucoup à la cour des miracles et que certains de ses habitants ont de drôle de tendance lorsqu’il s’agit de se soulager. Donc, pensez à enjamber les petites rivières qui coulent sur certains trottoirs. Il y en a notamment une sur G Street, à la hauteur de la cinquième avenue.

2. Ne soyez pas effrayés par les membres de la cour des miracles: Alors non, je ne parle pas du San Diegain lambda quand je cite la cour des miracles mais plutôt de la colonie relativement importante de sans-abris qui peuple les rues de la ville. Des SDF, il y en a dans toutes les villes du monde mais les Californiens poussent l’originalité jusque dans la pauvreté extrême. En effet, impossible de traverser une rue sans avoir droit à une démonstration de la dance sans musique tel un pantin désarticulé qui fait fureur dans le coin, sans apercevoir un homme parler avec le plus grand  sérieux à un grillage, sans entendre une femme s’engueuler avec le néant ou hurler une diatribe dans une langue inconnue. Les bougres ne sont pas méchants, ils surfent simplement sur une autre planète, passez votre chemin et tout ira bien.

 3. Le samedi soir, le quartier de Gaslamp est très animé, ce qui plutôt une bonne chose: Cependant, ne soyez pas surpris par le défilé de « lowriders » qui s’effectuera probablement sous vos yeux ébahis. Avançant à 10 km/heure, les conducteurs de ces drôles d’engins prennent visiblement leur pied en attirant l’attention de tous. Un « lowrider », à quoi ça sert me dites-vous? Pas la moindre idée. A brasser de l’air peut-être, un peu comme les énergumènes qui paradent devant les terrasses de nos villes, fenêtres baissées et musique à fond.
1202-lrmp-11-o-just-klownin-car-club-show-picnic-hopping-lowrider

 

4. San Diego, c’est vraiment, vraiment, vraiment mieux que Los Angeles:  Qu’on se le dise une bonne fois pour toute, la soi-disant cité des anges est un immense amas de pollution, d’embouteillages et de smog recouvrant des dizaines de kilomètres carrés où il n’y a rien à voir. Mis à part la visite des studios de cinéma et une ou deux plages, LA n’a pas grand-chose à apporter. Bref, LA c’est tout moisi et San Diego c’est super beau!

San_Diego_Hotels_city_view

 

5. Les gens de San Diego ont peur de la pluie… : Alors oui, ça parait con dit comme ça mais ils sont tellement habitués au soleil toute l’année que la moindre goutte de pluie leur fait perdre tous leurs moyens. Des bouchons se forment sur l’autoroute, les gouttières ne tiennent pas le coup et les inondations sont légion. Le même constat pourrait d’ailleurs être fait pour toute la Californie. C’est un peu le revers de la médaille du climat exceptionnel, on perd ses moyens devant un nuage de rien du tout!

 

Cette liste reste bien sûr ouverte et je ne manquerai pas de vous faire partager les autres douces folies qui croiseront ma route durant le reste de l’année! Sinon, pour un guide plus classique de San Diego qui vous convaincra de l’ajouter à votre prochain road trip dans l’Ouest américain, je vous invite à jeter un œil à l’article que j’ai écrit il y a quelques semaines pour le webzine  Café Powell.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s