Pourquoi toujours de l’Histoire?

Quand on est écrivain, ou quand on essaie de l’être (!), la question qui revient le plus souvent est « Mais comment est-ce que tu trouves tes idées? ». En ce qui me concerne, je n’ai aucune réponse à donner à une telle interrogation. Les idées viennent toutes seules, dans les moments les plus improbables ou encore alors que je suis occupée à écrire un paragraphe, la suite débarque dans mon cerveau. Il n’y a rien de bien sorcier dans le processus, aucun secret à partager.

Par contre, le thème général, pour beaucoup d’auteurs, relève d’un choix personnel, d’une envie d’aborder une certaine époque, un certain lieu ou un certain genre littéraire. Personnellement, ce sont l’Histoire et les voyages qui m’inspirent le plus. Je pense que les sujets sont infinis lorsque l’on se branche sur ces deux thèmes.

Je suis persuadée que l’Histoire a de nombreux messages à apporter. Il ne s’agit pas uniquement de connaitre les dates importantes et les personnages célèbres mais de se plonger sans retenue dans la vie des gens ordinaires qui ont vécu, assisté à ces événements marquants. Le destin d’Esmeralda est étroitement lié à cette notion de vie quotidienne, à la découverte des petits et des défis qu’ils ont eu à relever.

Pour nous, « petites » gens qui vivons dans un monde à la fois immense et minuscule de part les moyens de communication, offrant les plus magnifiques possibilités tout en nous montrant les pires horreurs, l’Histoire des personnes ordinaires ayant traversé des événements extraordinaires a la capacité de nous apporter de nombreuses solutions. On entend souvent dire que tout va de travers, que les choses empirent, que jamais aucune époque n’a vu de si terribles actes. Ces croyances sont répétées à l’infini dans les conversations et sur les réseaux sociaux. Pourtant, sont-elles véridiques? J’en doute fortement. Demandez à vos parents à quoi ressemblait leur enfance durant la guerre froide, lorsque des missiles nucléaires se faisaient face de chaque côté du globe. Demandez à vos grands-parents à quoi ressemblait leur jeunesse durant la Seconde Guerre mondiale, lorsque la planète toute entière était au bord du gouffre dans un conflit déchirant l’Europe en son cœur. Lisez les récits de la Première Guerre mondiale et demandez-vous comment ces jeunes hommes, âgés d’à peine vingt ans, ont supporté quatre longues années dans la misère des tranchées tandis que leurs femmes apprenaient à reconstruire leur vie lorsqu’il était devenu clair que les soldats ne rentreraient jamais. Et je ne vous parle là que du vingtième siècle… L’Histoire de l’humanité regorge d’exemples similaires, de grandes catastrophes, de guerres brutales, d’actes infâmes commis au nom de l’argent, du pouvoir ou de la religion. Et pourtant, nous sommes toujours là. Les gens ordinaires de ces époques n’ont pas baissé les bras, leur capacité de résilience était sans limite et le monde a continué de tourner.

Il en est de même pour nous, en 2016, dans notre quotidien confortable, si facile si on le compare à celui de nos ancêtres. Nous portons en nous la même force, celle que vous avez peut-être vue dans le regard de votre grand-père, lorsqu’il vous parlait de la mob’ ou, selon sa nationalité, de la guerre et des camps de prisonniers. Croyez-vous franchement que ces hommes et ces femmes étaient si différents de nous? Ils avaient les mêmes peurs et les mêmes préoccupations concernant l’avenir. Ils ont simplement refusé de les laisser prendre le dessus.

La prochaine fois que l’actualité nous explosera littéralement à la figure, je vous propose de ne pas vous perdre dans des statuts Facebook larmoyants, de ne pas partager à l’infini les récits d’horreur. Lisez-les si vous avez besoin de savoir, écrivez-les si vous avez besoin de vous exprimer mais ne les teintez pas plus que de raison de peur et de paranoïa. Mieux, déconnectez-vous et revenez à l’essentiel en vous rappelant que nous vivons dans une époque extraordinaire et que d’autres, avant nous, ont gravi des montagnes bien plus élevées. Sortez, vivez, riez et soyez déterminés à défendre votre culture, celle grâce à qui votre quotidien regorge d’opportunités et de liberté. En regardant un monstre dans les yeux, en analysant et en acceptant pleinement qui il est, on le démystifie et il devient possible de le vaincre, ou mieux, de le transformer.

Voilà à quoi sert l’Histoire, cette matière détestée par de nombreux élèves. Plongez-vous dans un roman historique ou un film d’époque et laissez-vous guider par ceux qui sont passés avant nous. La terre n’est pas prête de s’arrêter de tourner.

mandela quote

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s