Les réseaux sociaux littéraires

THE SOCIAL NETWORK

Les deux choses ne semblent pas faites pour aller ensemble, et pourtant!

De nos jours, il est presque impossible de passer à coté de ces plateformes. Que ce soit pour une utilisation professionnelle ou personnelle, Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn et les autres font partie intégrante de notre quotidien. Les écrivains ne font pas exception à la règle et de plus en plus d’entre eux y sont actifs afin de se faire connaitre ou, simplement, dans le but de rester en contact avec leur public.

LECTEURS, CONNECTEZ-VOUS

Pour aller encore plus loin, des sites purement dédiés aux livres et aux interactions entre lecteurs ont vu le jour. Le principal chez les anglophones se nomme « Goodreads » alors que du côté francophone, on trouve « Babelio ».

Le concept est comparable à celui de Facebook. Vous avez un profil personnel sur lequel vous pouvez ajouter toutes vos lectures, les noter et les commenter. Tout comme le géant de Palo Alto, « Babelio » ou « Goodreads » vous proposent de vous connecter à vos amis littéraires, que vous les connaissiez ou non. En effet, certains d’entre eux vous seront recommandés en fonction de vos points communs dans le domaine. Cependant, la fonction la plus intéressante pour tout dévoreur de bouquins est la section « recommandations de livres » de votre profil. En se basant sur ceux que vous avez déjà lu et les genres qui vous intéressent, le système vous dirigera vers de nouveaux titres qui pourraient bien vous taper dans l’œil.

UN COUP DE PLUS PORTÉ AUX LIBRAIRIES TRADITIONNELLES?

On peut effectivement le penser. Le réflexe du lecteur connecté risque bel et bien d’être celui d’Amazon et ces plateformes ne seraient ainsi qu’un chemin de plus vers les géants de la vente en ligne. Cependant, les passionnés de littérature ne se passeront jamais de leurs flâneries en librairie, dans cette ambiance qui n’existe pas derrière un écran. Dans ce cas, ces sites leur permettraient simplement d’échanger leurs avis et impressions tout en découvrant des nouveautés qu’ils pourraient ensuite commander ailleurs que sur internet. De plus, on peut envisager la chose d’une autre manière, comme un nouvel outil qui pousserait les gens à lire, rendant ce loisir plus dans l’air du temps.

A votre avis, la présence de plus en plus importante d’internet dans la littérature est-elle une bonne chose?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s