La saison des livres

Il y a des saisons qui semblent être propices à la lecture. L’été se prête parfaitement à cette activité, entre les terrasses, la plage ou le creux d’un hamac. La fin de l’automne et l’hiver qui le suit sont également particulièrement adéquats.  Quand la météo devient hostile, il n’y a rien de tel qu’une soirée sous une couverture avec un bon bouquin.

De temps à autre, je vous présenterai donc brièvement quelques livres collant à l’ambiance du moment et que j’ai particulièrement appréciés. N’hésitez pas à participer à la discussion dans les commentaires !

Angelas_ashes_ver2

 

Commençons par les enfants avec « Coram Boy »  ou « Les enfants volés »  de Jamila Gavin.

L’histoire se déroule dans l’Angleterre du 18ème siècle et entrelace les destins de personnages hors du commun comme Meshak- fils d’un trafiquant de bébés, Alexander-le musicien héritier d’une grande fortune, Tobq-sauvé in extremis de l’esclavage ou encore Aaron-l’enfant volé .

C’est un véritable récit d’aventure qui vous glacera le sang, tant la cruauté de ce monde sans pitié envers ses enfants n’a pas de limites. Ce portrait réaliste d’un autre temps et de mœurs différentes laisse cependant la part belle aux amitiés et à l’amour, lesquels parviennent à triompher de la pénombre.

Bien qu’il s’adresse aux jeunes lecteurs, ce roman est à confier aux enfants ayant déjà une certaine expérience de la lecture. Et surtout, que les adultes ne s’en privent pas ! Ils se retrouveront comme des gamins, emportés par le tourbillon d’une histoire passionnante aux faux airs d’un Dickens.

 

Parfaite pour les soirées d’hiver, l’œuvre de John Boyne «  Ne m’appelle plus Anastasia » vous enivrera sans aucun doute.

L’action a lieu entre l’aube du vingtième siècle et les années 80. L’auteur s’est inspiré du destin de la famille impériale Romanov lors de la Révolution d’Octobre 1917 en Russie. Le livre a également pour protagoniste principal un jeune garçon de la campagne se retrouvant catapulté au service  du monarque à Saint-Pétersbourg.

Si vous êtes fasciné par les personnages historiques, vous ne serez pas déçu. Un grand mystère et un grand amour se mêleront au destin tragique d’une dynastie légendaire, pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

  L’autobiographie de Frank McCourt, « Angela’s Ashes » ou « Les cendres d’Angela : une enfance irlandaise » décrit avec humour les déboires d’une famille catholique irlandaise dans les années 30 et 40.

Le ton décalé de McCourt vous fera sourire, voir même rire aux éclats, alors que le sujet n’a rien d’amusant. L’auteur parvient à apporter de la légèreté dans un quotidien miséreux et humide à Limerick. Affublé d’un père alcoolique et d’une mère bigote, le petit Frank était prédestiné  à une vie difficile. Son récit passionnant décrit son parcours depuis sa petite enfance à New York puis le retour de sa famille en Irlande jusqu’à un nouveau départ pour les Etats-Unis, à 19 ans.

 

 

Rendez-vous en décembre pour des idées cadeaux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s